Block title
Block content
Bénévole

Fraîchement intronisée bénévole-non-photographe de l’association suite à l’attribution de ma première mission, je m’attelle à l’incontournable « présentation bénévolaire » ! Moi, c’est donc Annabelle, 31 ans, traductrice libérale. J’ai un mari (en or) et 3 enfants : Gaspard et Élise, nés en septembre 2013 à 7,5 mois de grossesse, et Hector, né en février 2015. Gaspard et Hector sont en pleine forme ; Élise est née sans vie suite à une interruption sélective de grossesse (c’est-à-dire une IMG, mais dans le cas d’une grossesse multiple), pratiquée 12 heures avant l’accouchement et décidée en raison d’une hydrocéphalie sévère associée à un syndrome polymalformatif. C’est à ce moment-là que le deuil périnatal est entré dans notre vocabulaire et notre réalité. Depuis, mon combat est simple : faire reconnaître l’existence d’Élise et, par extension, agir en faveur de la reconnaissance du deuil périnatal. Lorsque notre belle Hélène a commencé à envisager la création de Souvenange, j’ai tout de suite « signé » : cette association de photographie du deuil périnatal était une évidence pour moi – moi qui ai la chance d’avoir « beaucoup » de photos (une cinquantaine... tellement et si peu à la fois !) de ma fille, dont les plus belles ont été prises par une amie photographe professionnelle en salle de naissance. Ces photos sont un TRÉ-SOR ! Et plus d’un an après sa naissance, nous avons pu récupérer les photos de son autopsie, où elle figure nue, en entier, sans vêtement, sans bonnet, sans fard. Ce fut pour moi comme une deuxième rencontre ! Je sais, pour le ressentir dans mon cœur et ma chair, l’apaisement que peuvent apporter des photos « réussies » de son enfant mort-né. Alors, même sans talent de photographe, je suis remplie d’une humble fierté à l’idée de rejoindre les bénévoles de Souvenange, tant cette association me semble véritablement d’utilité publique ! Et je profite de la relative visibilité que me donne cette présentation pour renouveler tous mes « MERCI » et mes « BRAVO » aux (de plus en plus) nombreux photographes qui s’engagent dans cette aventure humaine ! Toutes mes pensées vous suivent à chaque fois que vous IMMORTALISEZ un bébé ; je sais l’abnégation que votre mission représente, mais n’oubliez jamais tout le BIEN – au sens pur et noble – que vos photographies apportent aux familles que vous accompagnez !
"Si le cœur vous en dit, vous pouvez suivre ma vie de maman endeuillée sur www.mesgrumeauxetmoi.fr"