Block title
Block content
Photographe

Je suis Rhéa ShirUdo ; à 34 ans, je suis photographe professionnel depuis 6 ans. 
Je suis l’heureuse maman de deux mecs, Amadeo 11 ans et Salomon, 6 ans, et d’une petite Sacha partie dans les étoiles en 2014, peu avant sa naissance.
Née dans la musique et l’art, j’ai vécu de nombreuses expériences pro, juriste, restauratrice, VRP… avant de faire le choix de la liberté que j’ai aujourd’hui. 
Chanteuse, auteur et bien entendu passionnée de l’image et du sentiment, ma spécialité est le nu artistique ; c’est chouette, ça peut aussi s’exercer sur les futures mamans et les bébés, sinon je serais frustrée ! Avec mon associé, Roi, moitié, partenaire de vie, Kris MoOg, également adhérent, nous avons créé notre société de production audiovisuelle et de diffusion culturelle et artistique ; il se charge des pros, moi des particuliers. Nous nous marions l’année prochaine ; nous rêvons d’un bébé. Cet homme immense a changé ma vie.
Une jeune cliente que j’avais photographiée avec son amoureux à la Saint Valentin 2017, avait rendez-vous il y a deux mois pour une séance grossesse. Elle m’a contactée quelques jours avant la séance pour annuler. Elle devait avoir recours à une IMG, ils étaient dévastés. Nous avons discuté, je lui ai fait part de mon expérience, pensant l’aider à me parler librement, et nous avons beaucoup échangé. Puis un soir assez tard, alors qu’elle était à la maternité, elle me demande « Connaissez-vous Souvenange ? ». J’ai pris peur car j’ai fui un certain nombre d’associations qui me racontaient que ma fille était un ange, que le jour de son anniversaire tous ces petits anges faisaient la fête, et exposaient dans des conversations sur leurs groupes Facebook les photos de leur bébé comme on fait notre trombinoscope sur ce groupe… 
Bref, elle m’a dit ce que faisait Souvenange. Je l’ai remerciée, parce que j’ai trouvé par elle quelque chose que j’ai réalisé chercher depuis des années, sans en avoir conscience : un moyen d’aider à faire exister ces enfants ; pas forcément aux yeux des parents qui eux, savent qu’ils existent, mais aux yeux de leurs frères et sœurs, des familles… Car les piqûres et les brûlures qui viennent des autres continuent des années après : ma maman est décédée voilà 2 mois ; malgré mon insistance, mon papa n’a mentionné que mes deux garçons sur le faire-part, sans doute par crainte que le reste de la famille lui dise « ah, elle a une fille et on savait pas ? »… 
Grâce à Souvenange, des parents trouveront la force de répondre aux trop nombreuses indélicatesses qu’ils subissent après un décès périnatal. Les images de leur bébé les aideront à traverser ce gouffre et à en ressortir plus grands. Si je peux faire quelque chose là-dedans, je suis heureuse.